Le forgeron
Cette activité est apparue environ 5 000 ans av. J.-C lors de la découverte du travail des métaux. C'est devenu un métier à part entière lorsque les peuples eurent besoin d'objets de plus en plus résistants et variés : outils, armes, parties mécaniques, grilles, clefs, bijoux, socs de charrue, charnières, armures, serrures, coffres etc...
Au Moyen âge, le forgeron utilisait le plus souvent une enclume et un marteau pour façonner les produits issus de la forge (son atelier), après les avoir portés à incandescence dans des fours résistants à la chaleur.
Il chauffait les métaux ou les alliages dans des foyers de charbon de bois dont le feu était entretenu par un soufflet faisant rougir la braise.
Une fois le métal rougi par la braise, le forgeron le déposait sur l'enclume et lui faisait prendre forme en tapant dessus avec un marteau. Le forgeron pouvait répéter cette action plusieurs fois jusqu'à ce que le métal ait pris la forme voulue. La pièce obtenue était alors plongée dans l'eau pour qu'elle conserve sa nouvelle forme.

Le forgeron pouvait être appelé pour terminer la fabrication des roues de charrette réalisées par le charron. En effet, les roues de charette devaient êtres cerclées à chaud par le forgeron pour pouvoir être utilisées.